Hiboux dans la ville 


            C'est une jolie nichée de Hiboux moyen-duc qui interroge et surprend Claudine depuis son balcon à Vieux-Charmont. 

Perchés dans un platane à quelques mètres du petit immeuble, deux jeunes oiseaux de taille adulte tiennent compagnie à l’heureuse retraitée durant ses journées. 

             Dès la nuit tombée les cris stridents des jeunes hiboux signalent leur présence aux adultes chassant toute la nuit pour nourrir ces poussins encore dépendants des parents. 

Inquiète de voir des élagueurs à cette saison tailler les arbres à proximité, Claudine prévient aussitôt un ami voisin, Guy Français avec qui nous rencontrons les agents ENEDIS chargés de dégager des câbles électriques pris dans les branches. 

            C'est dans le cadre du Groupe Local LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) Pays de Montbéliard que nous intervenons. 

Surpris également par cette belle découverte, les agents ENEDIS prennent en compte ce constat pour programmer ultérieurement cette intervention, le temps que les oiseaux deviennent autonomes. 

 
                        Dominique Delfino




                      Petit-Gravelot téméraire 

           
             Le Petit Gravelot est le plus petit des limicoles nicheurs de France. Dès son retour d'Afrique sur son site de nidification, le mâle, territorial et agressif, délimite son territoire par des évolutions aériennes ponctuées de cris. La parade sexuelle, qui réunit les deux sexes, a lieu au sol et comporte des poses stéréotypées.

            Le nid est une dépression peu profonde sur un sol nu et graveleux, quelquefois au milieu d’une végétation rare et rase et garnie de quelques éléments végétaux. L’eau n’est jamais loin. 

A défaut de milieu naturel favorable, il n'hésite pas à s'installer sur un site de substitution. Les terrassements et remblais industriels sont souvent choisis le temps de la nidification.

           Cette année encore, les plates-formes du Technoland en attente de construction accueillent quelques couples de Petits-Gravelots avec les risques liés à l'activité humaine. Sur ce site, j'observe ainsi cet oiseau téméraire quittant son nid à l’approche des camions stationnant à proximité et menaçant la couvée de quatre œufs.

               La protection de cette espèce impose parfois de stopper un chantier le temps de la reproduction ou de délimiter un périmètre de protection comme dans ce cas précis. 

                     Dominique Delfino





                             Canetons, flotteurs 


          Jolie nichée de Canards colverts, tout juste sortis de l’œuf, découverte dernièrement dans ce charmant ruisseau de la vallée du Gland. Les canetons découvrent leur nouvel environnement dans cette eau vive et limpide.

        La femelle, excellente mère, s’arrête à maintes reprises pour rassembler et réchauffer ses petits. Si une personne ou un animal constituant une menace se présente, elle attirera habituellement l’intrus loin des poussins en battant des ailes, en poussant des cris rauques, simulant une blessure.

         Grâce à cette ruse, elle réussit généralement à éloigner les prédateurs de ses rejetons.

Le courant délivré par de petits seuils aménagés sur le ruisseau offre un terrain de jeux aux canetons. Ils se laissent glisser sur la surface de l'eau tels de véritables petits flotteurs avec une certaine agilité.

            A la recherche de nourriture, les jeunes canards se lancent à la poursuite de tout de qu'ils peuvent capturer afin de constituer les réserves indispensables à leur croissance.

Bonne chance à ces petites boules de duvet pleines de vie.


          Dominique Delfino




                            Merveilleux choupissons

         Découverte émouvante et quelque peu piquante au sein d'un stock de bois dans le jardin de Michel à Semondans, un nid de hérissons bien dissimulé et protégé qui abrite quatre très jeunes bébés bien blottis les uns aux autres. Depuis quelques années, le petit du hérisson ou hérissoneau est aussi appelé “choupisson”.
Seul mammifère d’Europe à avoir des piquants sur son dos,  le hérisson cherche au début de l'automne, un endroit abrité par un arbre ou des ronces, ou bien creuse un terrier pour hiberner. Il se roule en boule et s'endormira d'un sommeil profond entrecoupé de réveils brefs .
       La femelle n’a qu’une portée par an. Elle peut avoir jusqu’à neuf petits, cependant, elle aura trois bébés en moyenne. La copulation débute entre le mois d’avril et le mois de septembre de la fin de l’hibernation jusqu’aux premières vagues de froid.
        La mortalité des jeunes est très élevée et les dangers d’origine humaine accentuent ce constat. Ce nid sera soigneusement recouvert et protégé par Michel pour assurer à cette portée le meilleur avenir dans ce jardin.
       Dominique Delfino  

              Mésange à longue queue et à longue plume

        Encore couramment nommée à tort Mésange à longue queue, ce petit passereau n'est plus classé parmi les mésanges.

L'Orite à longue queue se remarque par son petit corps compact et sa queue démesurément longue qui facilite son identification. 
        Relativement commune et familière, très active, dotée d’un caractère paisible, la Mésange à longue queue vit au sein d'un groupe familial de plusieurs familles parfois.
        En observation en lisière de forêt, je remarque un couple en pleine activité de construction du nid. Véritable chef-d’œuvre, cette boule ovale est composée de mousse de lichens, de crins, de soie et toiles d’araignées.
          Le va-et-vient du couple est permanent. Durant des heures, le couple finalise ce nid douillet en le garnissant de centaines de plumes dont je m'interroge encore sur la provenance ... 

                 Dominique Delfino 

              Tête à tête avec la Grenouille rousse

         Découverte dernièrement au Moulin de la Doue à Glay, la Grenouille rousse (Rana temporaria) est l’espèce la plus répandue en Europe. Néanmoins, ses populations régressent en grande partie à cause de la disparition de leur habitat et du ramassage pour la gastronomie.
Bien qu'elle soit considérée terrestre à l’inverse de la Grenouille verte, elle apprécie les zones humides mais ne reste dans l'eau que pour la ponte et enfouie dans la vase durant l'hivernage,.
           De toutes les espèces de d'amphibiens d'Europe, la Grenouille rousse présente la robe la plus colorée et la plus variée. Elle est très solitaire et ne vit jamais en groupes, hormis pour la reproduction.
Pour échapper à un danger, elle bondit par détente brutale de ses membres postérieurs. Elle peut aussi rester immobile, confiante dans son homochromie. 
             La femelle est plus grande que le mâle et peut mesurer jusqu'à 10 cm. La Grenouille rousse se nourrit de divers invertébrés, insectes, araignées, mollusques mais aussi vers, limaces ou chenilles, ce qui en fait un très bon auxiliaire du jardinier. 

               Dominique Delfino